Se déplacer, oui mais comment?

Les Taxis  ou lesTukTuk :


Que ce soit Taxi ou TukTuk, les tarifs sont les mêmes, le dernier étant un peu plus « folklorique » quand on vient pour la première fois. Par contre il n’est pas climatisé, le taxi oui.
Vous aurez certainement entendu parler d’arnaques concernant les taxis, et des tarifs abusifs pratiqués par ces derniers. Sans faire de paranoïa excessive, les arnaques sont possibles, mais il vaut mieux être au courant des tarifs pratiqués pour ne pas avoir de surprise. 
Il faut savoir que se déplacer en taxi à Phuket est assez onéreux. Il est vrai que cela vous coûtera plus cher que dans n’importe quel autre coin de Thaïlande. On compare souvent à Bangkok, et c’est vrai que la différence est flagrante.

A l’aéroport :
A l’aéroport de Phuket le système des taxis est bien organisé, et sitôt que vous sortez de l’aéroport vous trouverez facilement des taxis officiels qui vous proposeront tous les mêmes tarifs. Peut-être tomberez-vous sur un qui voudra vous proposer plus que le tarif moyen…. Cela peut arriver.

En général  les tarifs pratiqués sont les suivants ( de 1 à 3 personnes maximum ) :

Aéroport / Phuket Town           600 bahts
Aéroport / Surin ou Kamala       700 baht
Aéroport / Patong                  800 bahts
Aéroport / Rawai, Kata Karon     900 bahts

Il existe des ‘taxi meter’ mais qui sont assez difficile à trouver, et rares aussi. Ne passez-pas un temps infini  à vouloir en prendre un, coûte que coûte, sauf si vous voulez économiser quelques bahts… La différence est vraiment infime.
Si vous voulez vraiment économiser, il vous sera possible de prendre un minibus, et le tarif est de l’ordre de 180 bahts par personne, quelle que soit la destination. Par contre il ne faudra pas être pressé… D’une part parce qu’il y aura avec vous une dizaine d’autres personnes, et donc  vous ne serez pas forcément le premier à être déposé à votre hôtel, et d’autre part il y a de fortes chances que le chauffeur s’arrête dans une agence qui essayera de vous vendre des prestations d’ excursions, ou de vous proposer un hôtel magnifique à un prix défiant toute concurrence, en vous disant que celui  que vous avez choisi est le pire des hôtels de l’ile….. On n’a pas forcément envie de tout cela après 12 heures de vol…. Mais cela reste possible.
Il est bien évident que si vous êtes 3 personnes, il sera bien plus judicieux de prendre un taxi…..

Dans Phuket :
Il faut bien avouer que si vous décidez de vous déplacer en taxi pour chacune de vos sorties, le budget de votre séjour va s’en ressentir.
Le moindre déplacement, même de quelques centaines de mètres vous sera facturé au minimum 200 bahts.. Et oui, c’est un peu abusé…
Quelques fois vous n’aurez pas le choix… Il faut se faire une raison, et ce n’est pas négociable….
Là où il y aura matière à négociation, c’est lorsque vous demanderez un Taxi ou TukTuk à la journée, et surtout en basse saison.
En effet si vous souhaitez un jour faire le tour de l’ile en ayant prévu plus ou moins un programme, il vaudra mieux, plutôt que de passer par une excursion organisée, demander à un chauffeur de taxi. Il vous proposera un  prix que vous pourrez négocier.
 Vous aurez l’avantage de l’autonomie et vous pourrez gérer les durées des visites en fonction de vos envies, un sacré confort.

Les bus locaux (ou Songtéo ) :


Ce réseau de bus est plutôt très utilisé par les Thaïlandais. Il faut reconnaitre que le coût est vraiment très faible, de 10 à 50 bahts en fonction des distances.
Ils sont concentrés à Phuket town et desservent les principaux endroits de Phuket avec environ 20 minutes d'intervalle, en faisant des aller-retour.
Il n’y a pas d’arrêt de bus officiel, il suffit de lever le bras pour faire signe que l’on est intéressé… 
  

Le Moto Taxi :

Un excellent moyen de locomotion pour se déplacer dans Phuket.

Les tarifs varient en fonction des distances, et sont bien moins chers que les taxis ou TukTuk. Par contre c’est mieux si vous n’êtes pas chargés bien sûr.. Pour les courtes distances il vous en coutera environ 50 bahts et jusqu’à  300 bahts maximum pour aller beaucoup plus loin.
Les véhicules sont en général des petites cylindrées, et pas forcément des plus neufs… Il n’est pas rare de tomber sur des ‘non automatiques’.

Il y en a à tous les coins de rue, ils sont en général vêtus d’un gilet bleu.

La voiture :


Il est tout à fait possible d’avoir recours à une location de voiture. Je ne suis pas certain que ce soit une très bonne solution sauf si vous voulez sortir de l’ile.
En tout cas si vous restez sur l’ile je ne le recommande pas forcément. D’une part il faudra vous habituer à la conduite à gauche et d’autre part, il n’est pas forcément facile de se garer. Et je ne parle pas des accrochages possibles qui plomberaient votre budget, même si vous avez souscrit à une assurance.
Le tarif observé est d’environ 1000 bahts par jour, et négociable à la semaine.
 
En conclusion la location de scooter est certainement la solution la plus judicieuse, mais encore une fois il faudra se montrer très prudent.
 

Le scooter :


C’est sans équivoque, le moyen le plus sympa pour profiter de l’ile et pouvoir se déplacer à sa guise.
C’est aussi le moyen le plus économique. Les tarifs à la journée varient entre 200 bahts et beaucoup plus, si vous optez pour une grosse cylindrée..
A 200 bahts vous aurez le choix de plusieurs scooter sachant que ce sont au minimum des 110 cm3, et que vous pourrez monter à 2 sans soucis et même grimper les côtes les plus abruptes que vous trouverez à Phuket.
Un loueur de scoot vous demandera soit de déposer votre passeport, soit de donner une caution d’un minimum de 5000 bahts. Chacun des  2 vous sera restitué lorsque vous rendrez votre bolide, si toutefois vous le rendez dans l’état initial.
Là est la question. Je ne saurais que vous recommander de jouer la prudence. Si vous vous êtes renseigné dans les différents forums, je suis sûr que vous avez lu des témoignages éloquents qui font froid dans le dos.. 
Le nombre de touristes qui subissent un accident de scoot en Thaïlande est impressionnant.

Les causes en sont multiples : le sentiment de liberté dans un pays où il fait très chaud, et où l’on apprécie de rouler bras nus, en short et en tongs… parfois sans casque..  De ce fait, on se laisse facilement distraire et on en oublie le reste.. Le reste c’est qu’on roule à gauche, on mettra forcément un peu de temps à l’intégrer, et le naturel revient très vite au galop..… C’est que d’autres personnes auront la même attitude que vous.. C’est que les thaïs conduisent très mal… C’est qu’il n’y a pas vraiment de règles de conduite et de sens de la priorité…..
Bref c’est le bazar total.. Je ne parlerais pas des nids de poule ou des animaux qui traversent la route ou des véhicules arrivant à contre-sens …
Bref tout est réuni pour s’assurer d’un passage à l’hôpital.
Il faudra donc redoubler de prudence si vous choisissez ce moyen de locomotion.
Je suis assez fier de ne jamais avoir eu d’accident, si minime qu’il soit, en 5 années de conduite, et en conduisant tous les jours… Comme quoi tout est possible. 

Si vous roulez doucement, si vous anticipez sur vos mouvements, si vous regardez vos rétros le plus souvent possible, il n'y a pas de raisons que cela se passe mal.....

Le port du casque :

Le port du casque est obligatoire, même si cela ne parait pas évident. Les contrôles sont nombreux, et si la police vous arrête alors que vous conduisez cheveux au vent, il faudra vous acquitter immédiatement de 500 bahts sous peine d’immobilisation de votre véhicule.

Le permis de conduire : TRES IMPORTANT A LIRE

Il ne vous sera pas demandé lorsque vous louerez votre bolide.. Par contre il vous faudra l'avoir sur vous lors des contrôles de ‘permis de conduire’. Si vous n’avez pas de casque, le contrôle du permis sera systématique, mais il est également fréquent de tomber sur des barrages de police qui contrôleront la présence ou non d’un permis de conduire.

 
Le seul permis rose ne suffit pas. Il faudra que vous soyez muni du permis international que vous aurez demandé à la préfecture avant de partir, qui est gratuit et qui est valable 3 ans. L’absence de ce permis est rédhibitoire et vous coutera également 500 bahts en cas de contrôle…


 Il fut un temps oú ce couple Permis rose/Permis international vous donnait droit á repartir sans payer une amende, sans rentrer dans plus de détails.. 

Mais ATTENTION:  

Maintenant,  et trés souvent, la police lors des controles, vérifie que vous avez bien l'equivalence ''permis A1'' (celui qui donne droit chez nous á conduire des cylindrées inférieures á 125 cm3) et si ce n'est pas le cas, vous aurez droit á une amende( et peu importe la cylindrée que vous avez entre les jambes, les lois francaises et thailandaises sont différentes ).... Vous pouvez trés bien passer á travers, tout dépendra de la connaissance du  policier sur lequel vous serez tombé......  Mais ATTENTION : si jamais , meme en ayant ce permis A1, il vous arrive un accident, c'est lá oú les choses se gateront..... Aucune assurance ne vous prendra en charge si vous n'avez pas le permis A moto..... Et cela peu de gens le savent....  en effet  : Pour conduire un scooter en Thaïlande il faut impérativement avoir le permis moto grosse cylindrée français, soit le permis A. 

99,9 % des policiers ne le savent pas et c'est pour cela que , pour l'instant ca passe et cela n'est pas verbalisé.....


D'oú, il faut bien le répéter : PRUDENCE sur les routes


Pour résumer :

- Permis rose + permis international obligatoires

- Au minimum indication du permis A1, et au mieux permis A.


Si d'aventure il vous arrivait un petit accrochage losque vous conduisez votre scooter de location, il est généralement plus avantageux d'aller de vous même dans un garage et de faire procéder à la réparation. Sinon le loueur pourrait profiter de vous sur-facturer la prestation lorsque vous rendrez le véhicule.

Une autre règle qu'il est bon de connaitre: en cas d'accrochage avec un thaï, ne surtout pas s'enerver ni hausser le ton, et cela, que vous soyez en tort ou pas.... Il sera possible que la police intervienne pour faire un constat, et si le thaï a pris cette décision, il faut laisser les véhicules dans leur position lors de la colision.

Beaucoup vous diront que de toute façon, même si vous n'êtes pas en tort, c'est vous qui paierez : Cela n'est pas vrai dans tous les cas, et si justement vous gardez votre sang froid et si vous adoptez une attitude convenable, vous mettez toutes les chances de votre côté pour que cela finisse bien.